L'accidentalité en direct

Données 2018 actualisées :

Les chiffres présentées dans cette page donnent, pour l'année 2018, un aperçu des interventions d’assistance et de sauvetage coordonnées par les Centres régionaux 0pérationnels de Surveillance et de Sauvetage (CROSS). Ces quelques graphiques sont proposés par les membres du SNOSAN grâce aux données SECMAR produites par le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire (MTES). Ces données sont disponibles en open data sur le site data.gouv.fr.

Le SNOSAN prend en compte les opérations sur les flotteurs de plaisance, loisirs nautiques et annexes ainsi que les opérations sans flotteur liées à des activités de loisirs nautiques (isolement par la marée, baignade, etc...)

Une opération n'implique pas nécessairement un accident ; en ce sens, les fausses alertes sont la deuxième cause d'intervention des services de secours.

Le téléphone portable (Téléphone à la mer/GSM) est aujourd'hui le premier moyen d'alerte utilisé pour prendre contact avec un CROSS :

Des pics peuvent être relevés ; ainsi, les week-ends et les jours fériés

Chaque jour, chaque heure, un cross peut être mobilisé, en métropole ou hors-métropole...

Dans le bilan humain, la distinction est d'importance entre personnes assistées et secourues, entre personnes tirées d'affaire seule et impliquées dans fausses alertes. Ramenées à ces précisions, les opérations ne sont pas donc toutes liées à des évènements qui entraînent des dégâts ou qui mettent en danger.